Chengdu

Chine, nous nous rencontrons enfin….

Depuis mon esprit européen, tu as cette image de grande folle, d’où ce mélange de curiosité, d’excitation mais aussi de crainte au moment d’enfin faire ta rencontre.

Qui es tu, combien l’image que je me fais de toi est éloignée de ce que tu es réellement? Quelques heures de vol me donneront de premiers éléments de réponse.

C’est via l’une de tes grandes filles que notre premier contact survient.
Chengdu dont je ne sais rien d’autre que ce que j’ai pu lire sur internet.
Cela fait un peu voyeur, je l’admets.

Au premier abord, elle est bien timide, peu avenante auprès des étrangers, parmi ses invités du jour, seul deux occidentaux. Je ne te le cache pas, cela réveille certaines appréhensions.

Il ne m’a fallu que quelques minutes pour réaliser à quel point tu es différente de ce que je me suis toujours imaginé. Il est déjà 20h, nous venons de nous rencontrer mais Chengdu nous dévoile déjà un partie de ses charmes.
De bas en haut, nous suivons la ligne de son dos, interminable, une colonne vertébrale où le trafic semble incessant et des vertèbres faites de lumières au mille tons et de béton s’élèvent dans les airs.

Les politesses sont échangées, elle nous conduit donc, en bon hôte, vers nos appartements. Sur le chemin, je ne peux manquer de remarquer la propreté et l’ordre qui règnent chez toi. Même la végétation perçant le bitume semble timide à l’idée de laisser un feuille effleurer ta peau.

IMG_8213

Bien que tu sembles décidée à briser les clichés les uns après les autres, certains semblent avoir la peau dure. Oui, tes gardes du corps, police et armée, ne te lâchent pas d’une semelle. De même que cet immense ornement de pierre, hommage à ton père, Mao Zedong, rappelant tes origines. Tu as beau essayer de le cacher, malgré tes charmes, ton caractère reste autoritaire.

Chengdu est bien loin de l’image traditionnelle que tu dégages habituellement. La joie de tes protégés nous saute aux yeux, des parcs de son aine jusqu’au centre hi-tech de sa boite crânienne, Sourire et tasses de thé s’entrechoquent.

IMG_7924 (2)-2

Reste ce sentiment de différence, chaque minutes, chaque pas et chaque regard rappelle que nous ne sommes que des invités. Enfants ébahis par notre aspect, qui ici, ne se voit que via les médias.

Après quelques jours, les contours de sa personnalité se dessinent plus nettement. Elle semble plus ouverte qu’au premier abord… Les grandes chaînes et enseignes de la mondialisation se sont fait leur place chez elle. L’influence de l’Amérique commence à se propager sous ton toit. Serait-ce du relâchement de ta part? Serais tu devenue plus souple avec les années?

Ta grande fille reste intrigante, comme ces longues artères, construites sous sa peau dure, sur plusieurs kilomètres, des galeries, qui auraient du accueillir commerces et services mais qui aujourd’hui ne sont qu’un vide sans âme. Abandonnée, le sang semble avoir cessé de couler dans cette partie de ton corps. Comme de juste, tu agis, construis, développes mais ne réfléchis qu’après. Cette folie dépensière ne semble pas te déranger. Tu le sais, peu peuvent rivaliser avec ta richesse.

Malgré des efforts pour accueillir les voyageurs, Chengdu ne peut se vanter de leur rendre la vie facile. Ne pas parler la même langue, un défi.
Au quotidien, la préparation est de mise, même quand il s’agit simplement de commander un repas. Images et traducteurs sont la clé pour apprécier ses talents culinaires.
Il en va de même pour les renseignements, bien que tout le monde y mette de la bonne volonté, parfois, la barre est trop haute.
Je ne vais pas te mentir, c’est aussi ce que je suis venu chercher.

C’est dans le voisinage proche que nous avons eu un premier contact avec tes origines et ton histoire, Dujiangyan, quartiers et pagodes vieux de plusieurs siècles et ce sentiment un peu mystique lorsque le brouillard tombe sur ses courbes montagneuses.

IMG_8125

Tes traditions sont bien ancrées et surtout elles amènent leurs lots de dépaysement pour nous, simple curieux de passage. Des heures, perdu entre temples, montagne et jungle.

Un autre de tes trésors, que tu protèges jalousement, tel un collier de diamants, que tu n’exposes que sous une grande protection mais qui fait le bonheur des visiteurs, oui tu vois de quoi je parle, ces boules au pelage noir et blanc, ces grandes oreilles rondes tout droit sorties des dessins-animés… Ton trésor naturel, tes pandas, ces créatures mangeuses de bambou et adeptes de longues siestes au sommet des arbres. Il faut se lever tôt pour les observer paisiblement sans les hordes de visiteurs, mais les voir au petit déjeuner est un bonheur.

IMG_8314

Pour tes progénitures, c’est jeux et bambou, pour nous autre, émerveillés, c’est un retour en enfance.

Que te dire…
Que ce temps auprès d’elle fut enrichissant, il me tarde déjà de rencontrer le reste de la famille et de te connaitre un peu plus, toi l’intrigante. Mes sens seront en éveil, captant un maximum de détails et de sensations. Je connais ma chance.

Ce premier contact, a atténué mes craintes et aiguisé ma curiosité. Tu sembles avoir tant à montrer sous tes aires de vieille dame renfermée.

Chine,
remercie Chengdu pour son accueil et la porte qu’elle nous a ouverte.

Les photos sur le Facebook -> ici

19178 km plus loin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s