Malaisie, un nouveau voyage.

Atterrissage, le soleil n’est pas encore levé.

Kuala Lumpur se réveille.
Le KLIA (Kuala Lumpur International Airport), la ligne ferroviaire reliant l’aéroport à la ville, nous permet enfin d’apprécier notre arrivée.
Kuala Lumpur, cette cité multiculturelle et cosmopolite nous ouvre ses bras.
La première sensation, en sortant de cette station centrale, est olfactive.
Les chauffeurs de taxi, attendant patiemment leurs premiers clients de la journée, apportent à nos narines ce mélange de tabac et de clou de girofle si caractéristique…
Nous sommes en Asie.

Malgré cette heure matinale, la ville est déjà en hyperactivité, comme si rien ici ne se reposait.
Les quartiers bordant la ligne du train aérien sont familiers…
La familiarité dans un lieu si différent de nos habitudes occidentales, sensation étrange.

Les premiers jours, passés dans le confort d’un hôtel du centre, réveillent la mémoire d’un autre sens, le goût cette fois, ces fruits exotiques frais, ce mélange de cuisine de rue malaise, chinoise et indienne.

De longues marche sur les marchés, dans les quartiers populaires et dans les allées flashies du centre, les rotis (crêpes malaise accompagnées de sauces au notes indiennes) du petit déjeuner et les choix de dîners dictés par l’odorat constituent la base de nos journées.

Ce climat, toujours aussi chaud et humide, nous apporte, en plus du spectacle habituel de ces grandes fourmilières humaines, une démonstration que seul la nature peut offrir.
Posté à la fenêtre de notre hébergement, les éclairs ne frappent les tours qu’à quelques centaines de mètres de nos yeux. La vision est à son tour en éveil maximum.

IMG_6922

Les attractions touristiques sont restées loin de nos pas, notre tourisme rime avec vie locale.
La seconde partie de notre séjour dans la capitale a pour camp de base un appartement appartenant à des malais, bien loin des complexes du cœur de la cité. Le quartier est ce que nous aimons, éloigné du centre mais suffisamment proche.

IMG_7223
Le défi quotidien nous indique que nous sommes à la place ou nous souhaitons être.
Quand commander un repas se fait à l’aide du langage des signes et que les sourires ont plus de sens que les mots, nous comprenons que nous avons trouvé l’expérience que nous recherchons.

Vient le temps du départ, bien que la gigantesque Kuala Lumpur soit l’une des capitale qui me soit la plus agréable, le train nous attend.

Pour ne rien changer à la manière dont nous visualisons ce voyage, nous choisissons une étape peu fréquentée sur la ligne de chemin de fer qui nous mène à Penang.

Taiping, ville de taille moyenne, postée au milieu des montagnes tropicales de la péninsule malaise.
Le peu de temps sur place nous permet tout de même d’apprécier ce parc central, verdoyant, ou tous les enfants de la ville semblent s’être donner rendez vous.
Bulles de savon, rires et repas en famille.
Malgré nos allures occidentales, le mélange avec les locaux est aisé.

IMG_7379

Quelques singes dans les branchages, les oiseaux nous rappellent par leurs chants que nous sommes proches de l’équateur. Les varans peu conscients de leur apparence monstrueuse, n’hésitent pas à défiler sous nos yeux.
Comme à son habitude, le ciel décide de rappeler qu’il est le maître.

C’est donc trempés jusqu’au os que nous rencontrons, qu’il m’excuse si je ne connais pas son prénom, un jeune cuisinier taïwanais qui nous fera découvrir ses spécialités, dont des dumplings (raviolis chinois) incroyables.

Le lendemain matin, vient déjà le temps de quitter Taiping.
Les moyens de transport se succèdent, train, ferry, bus. Une fois le détroit traversé, Notre hôtel à Penang nous tend enfin les bras.

Penang, cette île dominé par plusieurs sommets tapissés de verdure, est à majorité de culture chinoise.
Aussi connue comme la capitale gastronomique de l’Asie du sud-est, Penang et son patrimoine architecturale sont une merveille.

Quoi de plus agréable que d’y passer quelques jours loin du centre touristique, d’y profiter de mets indiens, chinois et malais, de ne penser à rien et se laisser guider par ses propres pas et sensations, de parcourir la vieille ville pour qui, telle une grande dame, l’âge a forgé le charme et le caractère.

Les jours défilent aussi vite que le pavé des rues glissant sous nos pas, nous traversons les carrefours les uns après les autres, nous arrêtons au gré de nos envies, au son d’une note de musique ou à l’odeur d’épices nous ouvrant l’appétit.

IMG_7458
Ces quelques semaines en Malaisie (est ce parce que ce pays n’est plus une nouveauté ou est ce parce que j’ai évolué?) ont semblé avoir pris place dans des lieux familiers bien que la manière d’y voyager m’était complètement inconnue.
Une redécouverte d’une région et la découverte d’un manière de vivre le voyage.
Comme lors de mon premier séjour, au moment du bilan, seul du positif ressort.
S’il fallait choisir un pays à conseiller pour une première en Asie ou si je devais choisir un endroit dans ce quartier du monde ou vivre, la Malaisie serait un choix à considérer.

Si simple et si intrigante.
Si accessible et tant à y découvrir.
Si belle et si méconnue.
La mixité culturelle de ce pays n’est sans doute pas étrangère à sa beauté.

Malaisie, ne change pas.
Malaisie, à bientôt.

Toutes les photos sont a retrouver sur la page facebook -> ici

Publicités

3 réflexions sur “Malaisie, un nouveau voyage.

  1. je vois que vos papilles se délectent ;.vous devez vous régalez cela me donne envie! bravo pour tes commentaires flo on s’y croirait bonne continuation pour la suite de votre voyage .prend soin de toi gros gros bisous

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s